Escapade en deux jours sur la côte d’Opale

Avec l’arrivée des beaux jours, nous avons voulu emmener Léon en balade. Pour ceux qui nous rejoignent tout juste, Léon, c’est notre van aménagé, dont vous trouverez la petite présentation ici. Pour cette première escapade, nous avons choisi de visiter la Côte d’Opale, petit bijou du Pas-de-Calais.

Côté préparation, nous nous sommes inspirés des conseils de WikiCampers et de Parents Voyageurs, et pour le reste, nous avons compté sur notre feeling.


Le trajet : 

Nous sommes donc partis avec notre cher Léon, direction la côte ! Léon étant un vieux gaillard, nous avons pris notre temps sur la route, ce qui nous a directement mis dans l’ambiance 🙂

Les – : 

Léon est vieux et haut, il consomme donc pas mal d’essence. Nous avons également ressenti les conséquences de sa hauteur aux péages et sur certains parkings où la hauteur est limitée.

Les + : 

Tout le reste !!! Léon est un fantastique compagnon de voyage !

 

L’hébergement :

Nous avons donc dormi dans notre van. Léon est classifié « camping-car », et sur le littoral, il y a beaucoup de restrictions en ce sens. Bien qu’il soit au format « fourgon », il est très haut, et une fois les rideaux fermés, nous ne serions pas passés inaperçus. Aussi, nous avons préféré respecter à la lettre les restrictions appliquées aux camping-caristes. Merci donc à la super application Park4night qui nous a permis de trouver où s’arrêter sans tourner pendant des heures.

Nos visites : 

Le projet de base était de faire halte à Berck plage en arrivant. Or, sur le trajet, nous entendons à la radio qu’un festival de cerfs-volants s’y tenait ce jour-là. Arrivés dans le secteur, des bouchons s’étendaient sur plusieurs kilomètres pour accéder à Berck. Plutôt que de passer des heures bloqués sur la route, nous avons préféré supprimer cette étape de notre escapade et continuer notre route.

Le Touquet-Paris-Plage

Nous avons laissé Léon se reposer sur une aire de camping-cars au bout de la ville du Touquet-Paris-Plage. Pas de coin « nature » dont on rêvait, donc cela restait l’option la plus simple. Nous partons ensuite à pieds vers le centre du Touquet via le chemin qui longe les dunes. Ce n’était probablement pas le plus court, mais certainement des plus agréables. Le chemin est piéton, ce qui est idéal pour laisser Doudou se dégourdir les jambes après les quelques heures de route.

Nous n’avons pas été particulièrement séduits par la ville, mais nous nous y sommes tout de même arrêtés pour une petite glace, avant de retourner jouer sur la plage. L’aire de camping-cars est excentrée, mais se trouve tout près de l’observatoire de la Baie de Canche. Cela nous a donc permis d’aller y observer le coucher de soleil sur les dunes. Un moment magique où nous avions le sentiment d’être seuls au monde.

En allant vers Ambleteuse

Après une petite nuit de sommeil (la grande première avec Léon !), nous reprenons la route direction Boulogne-sur-Mer, où nous avions initialement prévu de faire un arrêt. Finalement, le port de nous a pas attirés et nous avons préféré continuer notre vadrouille. Il semblerait toutefois que la vieille ville soit plus intéressante, si vous avez du temps.

Nous faisons une petite halte à la sortie de Wimereux, au niveau de la Pointe aux Oies. Un petit parking donne accès à la plage et offre une vue sympathique sur le fort d’Ambleteuse.

Tout près de là se trouve la jolie petite ville d’Ambleteuse. Ici, moins de restrictions niveau stationnement pour camping-cars (hormis sur la voie donnant directement sur la mer). Après être allés observer le fort (non visité car fermé lors de notre passage), nous avons profité d’une autre promenade au bord de l’eau.

Ensuite, direction le haut de la ville pour s’offrir un vrai déjeuner copieux. Nous avons mangé au Free Style, où Seb a testé une spécialité locale : le Welsh, dont il a été absolument ravi. Doudou et moi sommes restés « classiques » mais avons tout aussi bien mangé. De plus, l’accueil y était vraiment top. Une bonne adresse donc, que nous n’hésitons pas à vous recommander.

Les deux caps

Le ventre plein, nous reprenons la route en direction des deux caps. D’abord le Cap Gris-Nez. Il y a de très belles et longues balades à faire depuis le parking. Nous avons choisi de rester relativement proche du point de départ, mini-jambes de Doudou oblige. Mais il est possible d’aller bien plus loin si le courage vous en dit !

Puis nous avons voulu nous arrêter à Wissant, le village ayant l’air particulièrement sympa. Mais impossible de trouver un endroit où stationner, au vu de l’affluence ce jour-là. De plus, le parking réservé aux campings-cars était relativement excentré. Finalement, nous nous sommes dirigés vers Escalles, où nous avons également tourné un bon moment pour trouver une place assez grande pour Léon. Nous sommes ensuite partis nous promener sur la plage, le long des impressionnantes falaises du Cap Blanc-Nez. Le grand air, le soleil qui s’est invité pour le week-end, et la beauté du lieu en ont fait une halte très agréable.

Le soir, nous avons installé Léon sur les hauteurs, avec une vue imprenable sur le détroit du Pas-de-Calais. Encore un moment magique, dans un endroit magique, avant une nuit agitée (beaucoup de vent sur les hauteurs !) et un retour vers notre Seine-et-Marne.


En bref :

Notre première vadrouille avec Léon nous a vraiment conquis, et nous a donné le goût d’en faire d’autres dès que possible. La Côte d’Opale est magnifique, et nous ne soupçonnions pas de telles merveilles du côté du Pas-de-Calais. Honnêtement, si je vous dis « viens passer un week-end dans le Pas-de-Calais », ça vous aurait fait rêver de prime abord ? Et pourtant !

On sous-estime bien trop certains coins de France. On espère pouvoir en découvrir encore plein d’autres grâce à Léon!

Alors, prêts à prendre la route ?

 

PS: Désolée pour la qualité des photos, l’appareil est resté à la maison, j’ai dû composer avec le portable…

Related posts

Laisser un commentaire