Voyage en Grèce : d’Athènes au Péloponnèse

Cette année, nous avions envie d’une destination chaude et ensoleillée. Après avoir parcouru plusieurs comparateurs de vols, nous avons jeté notre dévolu sur la Grèce. Comme prévu donc, nous avons profité du soleil quotidien et de températures bien chaudes. De 35ºC le matin à 40ºC en début d’après-midi, nous avons été servis !

Au-delà de ça, la Grèce a beaucoup à offrir. Malheureusement, pour vraiment en profiter, je pense qu’il faudrait au minimum partir un mois, voire plus. Aussi, sur 10 jours, nous avons dû faire certains choix et avons donc concentré notre séjour sur Athènes et la région de l’Argolide dans le Péloponnèse (merci aux forums du Routard).

 

Le trajet :

Bien que la Grèce soit accessible par la route (sacré road trip !!), nous avons préféré nous y rendre en avion, en 3h10 de vol au départ de Paris. A l’aller, nous sommes partis avec Air Aegean (la compagnie grecque, au top). Puis nous sommes revenus avec Transavia.

N’hésitez pas à comparer au maximum les prix des différentes compagnies pour obtenir le meilleur tarif. C’est ce qui explique que nous ayons fait l’aller et le retour avec des compagnies différentes. Attention, pensez à comparer le prix des bagages. Par exemple, Transavia les facture plus cher que Air Aegean. Aussi, si les prix diffèrent de quelques euros, n’hésitez pas à choisir Air Aegean. En plus, le repas est compris dans le prix du vol 😀

Sur place, nous avons loué une voiture après avoir quitté Athènes. Nous avions trouvé beaucoup d’offres intéressantes sur le net auprès de loueurs inconnus au bataillon (moitié prix par rapport aux enseignes internationales). Mais après quelques recherches sur le net, nous avons relevé davantage de mauvaises expériences que de bonnes surprises. Nous avons donc pris notre voiture chez Hertz, que nous connaissons très bien. Un petit conseil : n’hésitez pas à prendre les assurances complémentaires. C’est certes un petit budget de plus au moment de la location, mais ça permet de faire baisser considérablement le prix de la franchise en cas de pépin (90€ au lieu de 700€ selon les conditions de notre location, pour 45€ payés supplémentaires). Au vu de l’état des routes quand on quitte les grands axes, mais surtout de la conduite des Grecs, on n’est vraiment pas à l’abri d’un souci.

 

L’hébergement :

Contrairement à nos habitudes, nous avons opté pour l’hôtel à Athènes et nous ne regrettons pas notre choix. Nous avons choisi le Tempi Hotel, proche du quartier de Monastiraki et du métro. Les principales visites sont accessibles à pied depuis l’hôtel et de nombreux restaurants et magasins se trouvent littéralement au pied de l’immeuble. Pour autant, situé sur une place piétonne, nous avons trouvé que le coin était plutôt calme pour un centre ville. Notre chambre était assez petite, mais suffisante pour un court séjour.

Dans le Péloponnèse, où nous sommes restés une semaine, nous avons choisi de louer un appartement. Nous avons séjourné aux Oasis Appartments à Tolo. Vraiment bien situé, du « bon côté » de Tolo (excentré par rapport aux hôtels concentrés à l’autre extrémité de la ville), à quelques pas de la plage, des restos, et supermarchés. Le tout avec un parking privé (ce qui n’est pas un luxe à Tolo), et surtout un accueil au top !

 

Nos visites :

 

– Athènes

De nombreux sites méritent le détour à Athènes. Après avoir opté pour un billet combiné (voir détails dans la rubrique « Pratique« ), nous avons attaqué nos visites par la bibliothèque d’Hadrien, en plein centre, puis l’Agora, non loin de là.

Ensuite, nous avons déambulé dans les multiples ruelles autour de Monastiraki, la place  centrale. Ces petites rues attirent les touristes. Pleines de magasins de souvenirs, elles n’en sont pas moins agréables et surtout, sont à l’abri du soleil. Et vraiment, en arrivant en Grèce, nous avons appris à cibler les zones d’ombre ! Nous avons eu la chance de tomber dans un petit resto un peu différent des autres. Pas de moussaka ni de salade grecque (très bonnes par ailleurs) au menu, mais tout plein de choses qui ne nous parlent pas du tout. Après avoir été interrompu en pleine partie de backgammon, le propriétaire, malgré son anglais approximatif, nous a aidés à choisir des plats d’après lui bien plus traditionnels. Nous avons donc goûté toute une variété de choses, de la charcuterie locale au pois chiches écrasés assaisonnés en passant par le fromage mariné dans le miel et l’huile d’olive. Le tout pour un prix raisonnable (environ 30 € pour nous 3). De plus, le proprio nous a réservé un super accueil et semblait avoir à coeur de nous convaincre que la cuisine grecque est la meilleure. Pari réussi 🙂

Après une petite pause au frais à l’hôtel, nous avons entamé notre ascension vers l’Acropole, en passant par le charmant quartier de Plaka. Le site est proche du centre et accessible à pieds, mais peut s’avérer compliqué si vous aviez prévu la poussette. C’est situé en hauteur, il y a donc pas mal de marches pour y accéder, du moins en passant par Plaka. Choisissez bien l’heure à laquelle vous vous y aventurez, surtout en été. Gravir les marches en plein soleil peut s’annoncer très difficile, d’autant que l’Acropole y est très exposée également. L’achat préalable du billet combiné nous a évité la longue file d’attente. La visite est libre et peu prendre beaucoup de temps si on veut la faire en détail. Mais avec la chaleur et un doudou fatigué, nous sommes allés à l’essentiel : Parthenon, Temple d’Athena Nike.

Le lendemain, nous sommes partis arpenter les rues de la ville après avoir attrapé au passage des Koulouris. Ces petits pains au sésame en forme d’anneaux se trouvent auprès de vendeurs ambulants un peu partout dans la ville. Bien bourratifs, ils sont néanmoins très peu chers.
En partant vers Omonia, nous changeons un peu d’ambiance par rapport au centre. Le coin semble plus populaire, et est agrémenté de vendeurs d’épices et de divers artisans. Finalement, nous traversons une partie du quartier curieux de Psiri. Nous nous retrouvons face au « Little Kook », un restaurant coincé dans un monde digne d’Alice au Pays des Merveilles. Puis, juste en face, dans la rue Pittaki, nous nous sommes amusés de voir des abats-jour « récup » en guise de luminaires publics, mêlés à des chaussures attachées aux câbles électriques, comme cela se fait dans plusieurs villes.

L’après-midi, nous avons choisi de nous promener dans les rues du très touristique quartier de Plaka. Il s’agit d’un quartier plutôt animé, où se mêlent restaurants et boutiques souvenirs. Attention les pattes : beaucoup beaucoup d’escaliers. C’est d’ailleurs l’un des accès à l’Acropole perchée sur sa colline. Ca fatigue, mais c’est définitivement ce qui donne son charme fou à ce coin de la ville.

Puis nous nous sommes dirigés vers le Parlement, sur la place de Syntagma. On peut aller y observer les gardes en costume traditionnel, ce qui a beaucoup fasciné doudou d’ailleurs.

 

– Le Péloponnèse

L’épreuve difficile du 3e jour : aller récupérer la voiture de location pour notre destination suivante. Pourquoi difficile ? Parce que Doudou et moi avons très mal vécu la chaleur dans le metro… Finalement, l’excès de bouteilles d’eau et l’utilisation extrême de la clim dans la voiture nous ont remis d’aplomb.

Arrivés à Tolo dans l’après-midi, nous attaquons directement par une petite baignade tant attendue (et méritée!). Tolo, c’est une petite station balnéaire d’Argolide, dans le Péloponnèse, à proximité de Nauplie. Truffée d’hôtels, bungalows, restaurants et magasins de souvenirs, elle a su malgré tout garder un certain charme. La vue magnifique sur la mer que nous avons depuis notre appartement compromet sûrement mon objectivité. Sur la plage : compter 6€ pour occuper deux transats.

Le lendemain, nous partons nous promener à Nauplie, à seulement quelques kilomètres de Tolo. Un port, des petites ruelles, une grande place, ainsi qu’un fort, font de Nauplie une ville très agréable, bien que très touristique. Nous déjeunons sur la place, en terrasse bien sûr. Je découvre l’existence de l’okra, un légume pas vraiment de chez nous. Finalement, je regrette pour la seule fois du séjour mon choix de plat. J’aurais peut-être dû jeter mon dévolu sur les souvlaki (brochettes).

Le soir, nous arpentons les rues de Tolo et il s’avère que l’atmosphère y est bien différente de nuit. Les transats sur la plage laissent place aux tables des restaurants. Les terrasses se remplissent et la rue se réveille. On est bien loin du calme constaté en journée, quand tout le monde reste à l’abri du soleil. Un petit air de siesta espagnole en somme.

Le jour suivant, nous nous attaquons à la visite de vestiges de la Grèce antique. Direction Epidaure (Epidavros), à une trentaine de kilomères de Tolo. Le théâtre qui s’y trouve est vraiment impressionnant. Même Doudou s’y est particulièrement intéressé du haut de ses 4 ans. Après avoir gravi les marches, nous avons été bluffés par la taille du théâtre et par la prouesse architecturale pour l’époque. Sur le site, de nombreuses ruines sont à admirer. Notamment les restes du stade, de l’hospice, ou encore du temple. Tarifs: 12€ par adulte, gratuit pour les moins de 18 ans.

En partant de là, direction l’Ancienne Epidaure. Nous en avons profité pour prendre un déjeuner dans l’un des restaurants du port, juste à côté de l’eau. A la sortie du village se trouve une grande plage qui semblait bien tranquille et peu fréquentée. Mais étant sur place aux alentours de 13 heures, nous avons passé notre chemin en raison de la chaleur excessive.

Puis nous avons eu envie d’aller explorer la presqu’île de Methana, mais nous avons été un peu déçus. Oui, il y a de beaux endroits où se baigner et la mer est translucide. Oui, il y a peu de touristes, le coin étant très mal desservi. Mais… En allant vers Vathy, pas moyen de trouver un endroit où nous aurions pu marcher. Et à Methana ville, si la couleur de l’eau est vraiment surprenante, nous n’avons pas trouvé la ville très intéressante. De plus, les routes pour s’y rendre sont sinueuses et par conséquent très fatigantes. Pour vous situer, nous avons mis environ 1h30 pour faire 50km. Si nous avions su, nous serions partis du côté de Poros à la place. Mais après un début de journée aussi crevant, nous avons préféré rentrer à Tolo nous reposer, avant de profiter d’une petite baignade en fin de journée.

Le lendemain : journée maxi glandouille !! Après tout, c’est aussi fait pour ça les vacances, non ? Nous avons voulu tester une autre plage. Nous voici à Drepano, sur la plage de Plaka Beach, à 10-15 minutes de Tolo en voiture. La plage est bien aménagée, mais pour autant, elle reste agréable. Le prix : 5€ les 2 transats, avec possibilité de commander à boire. L’aménagement de la plage est plus sympa que celui de Tolo. En revanche, il s’agit d’une plage de galets essentiellement, et l’eau y est plus profonde, avec des petites vagues. Bref, peut-être moins adaptée aux familles avec des petits.

Puis, avant de terminer notre séjour, nous sommes allés visiter Mycènes, une cité antique. Située à une trentaine de kilomètres de Tolo, elle vaut vraiment le détour. Attention cependant : très peu de points d’ombre pendant la visite. Ce n’est donc sûrement pas un hasard si, dès 9 heures du matin, le parking était plein. Prenez vos disposition pour y aller soit très tôt le matin, soit en fin de journée, quand le soleil se montre moins écrasant.

Enfin, nous avons clôturé notre séjour par un super repas sur la plage de Tolo, les pieds dans le sable. Accompagnés des chats errants qui viennent faire le petit regard du Chat Potté pour avoir à manger, nous avons profité d’un joli coucher de soleil.

Bref, les vacances, les vraies.

 

Pratique :

  • Depuis l’aéroport d’Athènes, un métro vous emmène directement au centre ville. Attention, sur le même quai partent le train de banlieue d’un côté et le metro de l’autre.
  • A Athènes, il existe un billet visites qui combine les principaux sites de la ville. Au prix de 30 € par adulte, il est très rentable quand on compte que le billet pour l’Acropole seule coûte déjà 20 €. De plus il est valable 5 jours, ce qui permet de l’optimiser pendant le séjour sans devoir faire un marathon visites. A moins de ne visiter qu’un site à Athènes, mieux vaut opter pour ce billet.
  • Achetez le billet ailleurs qu’à l’Acropole : cela peut vous éviter de longues files d’attente.
  • A Athènes, n’hésitez pas à prévoir un hébergement proche du centre, notamment si vous partez comme nous en période estivale. En effet, ce n’était pas du luxe de pouvoir faire un break climatisé à l’hôtel (bouhou c’est pas écolo tout ça!) entre deux promenades. La chaleur et la marche combinées nous ont vraiment fatigués. Faire une petite sieste en début d’après-midi nous a permis d’optimiser les visites.
  • Lorsque vous préparez votre itinéraire, prenez en compte que les routes du Péloponnèse, bien qu’entretenues, ne sont pas toujours praticables à grande vitesse (virages, dénivelé, etc). Il faudra souvent revoir les temps de trajets à la hausse (un exemple : 1h30 pour 50km sur l’un des trajets que nous avons effectué)
  • Préparez-vous à être surpris, découvrez notre article sur les petites surprises que vous réserve la Grèce ici.

Related posts

Laisser un commentaire