Un petit tour dans l’Aisne

Voilà un petit moment que nous n’avions pas partagé de récit d’escapades avec vous. Et pour cause, cette année n’est pas si riche en vadrouilles que nous l’espérions.
Léon (le fourgon) s’en est allé pour de nouvelles aventures dans une autre vie… Snif… Et d’autres concours de circonstances font que nous ne pouvons pas partir autant que souhaité.

Mais souvenez-vous, le voyage commence au bout de la rue, et au vu de notre beau pays, nous nous sommes dits qu’il y avait forcément de quoi faire à quelques pas de chez nous.

On tient particulièrement à remercier Chloé du blog My Sweet Escape. Avec ses précieux conseils sur sa Picardie (à retrouver ici), son blog nous a donné envie d’aller pousser la porte du département voisin, l’Aisne, que nous ne faisons que traverser la plupart du temps. 

Alors une toute petite journée devant nous, beaucoup de soleil, et nous voilà partis en vadrouille improvisée ou presque dans l’Aisne voisine.

Voici notre programme :

 

La Hottée du Diable


La légende autour de la Hottée du Diable nous a bien plu :

Au Moyen-Age, le Seigneur de Bruyères avait fait venir un entrepreneur célèbre pour y bâtir l’Abbaye du Val Chrétien.
Comme il fallait apporter de loin, d’énormes blocs de grès, le travail n’avançait guère et l’entrepreneur commençait à désespérer, en voyant le retard que prenaient les travaux.

Un soir, le Diable lui apparut et lui dit :
– Si tu acceptes de me donner ton âme, je finirai la construction de l’Abbaye du Val Chrétien, cette nuit !
– Marché conclu, s’écria l’entrepreneur, tout heureux de l’aubaine.
Le Diable se mit alors, très vite au travail. Les bâtiments étaient presque terminés quand un coq, réveillé par le tapage, se mit soudain à chanter !

Le Diable, tout surpris, affolé, s’enfuit alors à toutes jambes, sans demander son reste.

Mais courant trop vite, les deux bretelles de sa hotte, trop chargée de grès, cassèrent, brusquement et, toutes les pierres se répandirent sur la route de Coincy.

Source : http://www.mes-ballades.com

 

Une fois arrivés sur le parking, un petit peu de marche vous emmène au beau milieu des impressionnants rochers posés là dans le sable.

La marche est accessible à tous, même si ça grimpe un peu. Nous avions embarqué ma maman, peu habituée aux marches difficiles, et elle a pu suivre sans grande difficulté. Quant à Doudou demi-portion, rien ne l’arrête. Il s’est donc hissé au sommet des pierres sans montrer le moindre signe de fatigue. Une fois en haut, nous avons rencontré plusieurs familles. Une confirmation donc que l’endroit est accessible aux enfants, malgré la montée importante.

Nous avions embarqué la glacière avec nous et avons donc eu la possibilité de prendre notre repas tranquillement perchés là-haut, avec des pierres aux formes plus improbables les unes que les autres en guise de sièges, et un chouette panorama sur la région en toile de fond.

Bien rassasiés, nous nous sommes amusés à imaginer des formes dans les rochers, comme on le fait souvent avec les nuages. Après de l’escalade improvisée pour Doudou et son papa, nous avons continué la promenade aux alentours, dans un lieu digne d’un décor de cinéma.

Un conseil : allez-y en matinée. Nous avons été relativement tranquilles en y allant dès le matin. En partant de là en début d’après-midi, le parking était complètement plein.

Fère-en-Tardenois

A seulement quelques kilomètres de là se trouve la ville de Fère-en-Tardenois.

Arrivés sur place un lundi férié, à l’heure du déjeuner, nous n’espérions pas y trouver beaucoup d’activité. Nous ne nous sommes donc pas arrêtés au centre ville, aussi mignon soit-il, et nous sommes rendus directement aux ruines du château à la sortie de la ville.

La visite est libre et gratuite (attention aux espaces interdits pour cause de risque de chutes de pierres !). Le tour est rapidement fait, mais cela a bien plu à Doudou tout de même, lui qui adore les histoires de chevaliers dans leur château !

 

Château-Thierry

Voici encore une des villes dont on entendait parler sans jamais y avoir mis les pieds : Château-Thierry. Nous ne sommes pas restés bien longtemps (la promenade du matin dans les pattes !), mais nous sommes allés faire un petit tour aux fortifications de l’incontournable château.

Attention, le château surplombe la ville (la vue y est magnifique par ailleurs) et se trouve donc en hauteur. Nous avons descendu les marches vers le centre ville et avons été contents de ne pas avoir à les monter. Mais le retour par la route (rue du château) s’est tout de même avéré fatigant, sous 30°C.

Si vous ne comptez pas descendre sur la ville, préférez l’entrée par la Porte Saint Pierre, où se trouve un parking et un accès direct par le haut des remparts.

 

 

Alors, vous êtes prêts à explorer la Picardie ?

Related posts

Laisser un commentaire